>
fren

Chambre Sectorielle de l'Art et Artisanat (CHASAA)

Chasaa

CHAMBRE SECTORIELLE D’ART ET ARTISANAT « CHASAA »

  • HISTORIQUE

La Chambre Sectorielle d’Art et Artisanat  « CHASAA » en sigle, est née en 2010 avec la restructuration de la Chambre de Commerce et de l’Industrie du Burundi « CCIB ».

Elle est une organisation patronale qui fait partie intégrante de la Chambre Fédérale du Commerce et de l’Industrie du Burundi « CFCIB » et a été agréée par le Ministère de l’Intérieur en date du 27 Septembre 2010 par Ordonnance Ministérielle N° 530/1355.

La  « CHASAA » est dotée des Statuts qui la régissent, d’un  Règlement d’Ordre Intérieur (ROI) et d’un manuel des procédures complet qui oriente ses actions.

  • VISION

Les artisans et les artistes occupent une place de choix dans la gestion  de l’art et de l’artisanat au Burundi, vivent dignement  dans leurs familles, leur entourage et dans tout le pays, sont unis, ont une meilleure production de qualité qui leur permet d’avoir un bon niveau de vie. 

  • MISSION

La CHASAA a pour mission de :

  • défendre les intérêts généraux des artisans et des artistes en les représentant auprès des institutions tant publiques que privées ;
  • promouvoir le développement des entreprises artisanales en vue d’une création d’emploi aux jeunes;
  • accompagner l’artisan et l’artiste dans chaque étape de sa vie professionnelle : perfectionnement professionnel, renforcement d’entreprise, formation, développement économique, pénétration dans divers marchés, commercialisation des produits, production innovante, etc. ;
  • Créer un mouvement national des artisans et artistes.
  • Valeurs caractéristiques

 

  • L’entreprenariat
  • La créativité
  • Le professionnalisme
  • La détermination
  • Le respect des textes réglementaires
  • L’esprit de concertation
  • La fraternité et la solidarité
  • Objectifs stratégiques sous perspectives
  1. Court terme:
  1. Elaboration des plans d’actions de la mise en œuvre des stratégies, par domaine et ensuite d’ensemble, visant le développement de l’Art et Artisanat au Burundi ;
  1. Identification des artisans et les artistes du Burundi pour constituer une banque des données électronique ;
  1. Mobilisation des artistes et artisans à l’adhésion à la CHASAA ;
  1. Evaluer d’une façon exhaustive les besoins et les capacités du secteur artisanal et artistique au Burundi;
  1. Mise en place des représentations de la CHASAA dans tous les coins et recoins du pays à travers la création des structures coopératives locales et nationales visant la commercialisation des produits des membres et des centres d’enseignement des métiers ainsi que la facilitation à l’accès aux intrants de qualité.
  1. Améliorer la qualité des produits des membres de la CHASAA
  1. Organiser et participer dans des expositions au niveau local et régional ;
  1. Accompagner dans la mise en place des systèmes de gestion dans chaque entreprise/atelier des artisans/artistes et des Unités d’Appui Pédagogique des Centre d’Enseignement des Métiers et des Formations Professionnelles;
  1. Accompagner la création des coopératives locales et nationale visant la commercialisation des produits et la facilitation dans l’accès aux intrants de qualité.
  1. Moyen terme:
  1. Approcher les pouvoirs publics pour la mise en en œuvre de la politique qui protège les créations des Artisans et Artistes;
  1. Approcher les hôteliers et le gouvernement pour négocier la création des « boutiques de souvenir » d’Art et Artisanat au sein des établissements hôteliers et touristiques.
  1. Mener d’autres activités de plaidoyer/lobbying visant le développement de l’art et de l’artisanat au Burundi.
  1. Long terme:
  1. Négocier les collectivités locales en faveur des structures artisanales pour l’obtention de terrains et demande de titres ;
  1. Négocier pour la construction et l’équipement des ateliers collectifs pour les artisans et artistes associés ;
  1. Accompagner les ateliers collectifs à la gestion, à l’organisation et à la formation des responsables (en outil de communication moderne comme l’internet ou dans le renforcement des capacités technique) ;
  1. Mettre en place des partenariats commerciaux entre les artistes / artisans et les revendeurs et les points d’information (circuits de distribution);
  1. Participer à la création des collections des produits artistiques et artisanaux répondant aux attentes des touristes ;
  1. Organiser des activités stimulant la créativité et l’innovation chez les artistes et artisans et permettant de renforcer la solidarité entre les membres de la CHASAA
  1. Accompagner les membres de la CHASAA dans la création de leurs mutuelles de santé afin de faciliter l’accès aux soins de qualité aux artisans et artistes.
  • LES DOMAINES D’INTERVENTION

 

  1. Menuiserie
  2. Sculpture
  3. Couture-broderie-Sérigraphie/ fabrication des poupées
  4. Peinture – Céramique
  5. Décoration
  6. Maroquinerie
  7. Corne
  8. Vannerie – Ecorce de bananier
  9. Métal-Forge
  10. Agro-alimentaire et art culinaire
  11. Audio-visuel et culture
  12. Services et techniques
  13. Autres
  • ETAT DES LIEUX DES REALISATIONS

En nous basant sur la Vision 2025 du Burundi plus précisément dans son pilier 3 « La croissance économique et la Lutte contre La pauvreté » où l’artisanat est considéré comme un des secteurs porteurs de croissance qui doivent être développés, ainsi que dans le document de la Deuxième Génération du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP II) du Burundi dans le chapitre 3 concernant la Transformation de l’Economie Burundaise pour une Croissance Soutenue et Créatrice d’Emplois et particulièrement à travers les paragraphes 346 - 412 repris en encadré, qui montre l’importance accordée à la promotion de l’entreprenariat et à la place primordiale occupée par l’artisanat,

  1. En pratique, les activités artisanales se développent dans l’informel parce que le cadre législatif et réglementaire est embryonnaire, à cause des lacunes en matière d’information sur les opportunités offertes par les nouvelles filières et en raison des faiblesses dans l’organisation des circuits de distribution. En outre, l’essor de l’artisanat est handicapé par les problèmes d’accès au crédit, par les faibles capacités d’innovation, l’inadaptation des structures d’encadrement et la disparition progressive des matières premières.
  2. Il est donc envisagé de mener une étude visant à mieux connaître et maîtriser tous les problèmes relatifs au développement de l’artisanat, d’adopter un cadre institutionnel, juridique et légal adapté aux besoins du secteur et d’introduire des mécanismes de financement plus appropriés.
  3. Dans cette perspective, l’entreprenariat collectif, notamment la formation d’associations de femmes et de jeunes, sera encouragée pour un artisanat plus attractif et plus dynamique.
  4. Le chômage est essentiellement urbain et touche davantage les jeunes et les femmes.

Source: MFP/SS, 2010.

 

Sur ce, depuis Avril 2015, plusieurs activités ont été mises en œuvre par la CHASAA grâce à un premier accord de financement entre le Ministère ayant la formation professionnelle et l’enseignement des métiers dans ses attributions, la CTB à travers le projet AFPT et cette structure artisanale (CHASAA) et ont permis d‘atteindre jusque-là plusieurs résultats allant dans tous les niveaux dont notamment :

  1. DU POINT DE VUE ORGANISATIONEL

 

  • Grâce aux textes (Statuts, ROI) qui ont été révisés, la CHASAA dispose actuellement des organes reconnus par la loi en vigueur à savoir l’Assemblée Générale « AG », le Comité Exécutif « CE », le Bureau et la Direction Exécutive qui n’est qu’un organe de gestion au quotidien de la maison. Les réunions statutaires sont régulièrement tenues et les décisions issues de ces organes sont suivis tel que prévues par la loi.
  • L’outil stratégique d’intervention (plan stratégique) a été élaboré et sa mise en œuvre est en cours.
  • Grâce à ses réalisations qui sont exemplaires dans la promotion de l’économie du pays, la CHASAA est membre de tous les organes décisionnels de la Chambre Fédérale de Commerce et d’Industrie du Burundi (CFCIB) à savoir le Conseil d’Administration et le Bureau.
  • La CHASAA dispose des outils de gestion qui lui permettent de bien mener au bon port ses activités dans la transparence et avec une bonne gestion. Il s’agit de ce fait du manuel des procédures complet qui a été élaboré et qui oriente les différentes actions de la CHASAA sur tout ce qui est « procédures ».
  • Un système d’accompagnement et de renforcement des capacités est mise en place fréquemment par les partenaires de la CHASAA. L’évaluation des activités ainsi que l’évaluation administrative et financière par des audits trimestriels ont déjà fait preuve de renforcement des procédures de bonne gestion déjà initiées par la CHASAA.
  • La CHASAA dispose actuellement d’un paquet de services qui fait bouger d’autres artisans qui n’étaient pas membres à y adhérer et qui a même permis de fidéliser ses membres. Un climat de fierté en tant que membre de la CHASAA, existe déjà.
  • Douze (12) antennes provinciales avec des comités locaux existent déjà et les membres de ces comités sont ceux qui ont les choses en main (faire adhérer d’autres membres, mobilisation des cotisations, etc). Donc c’est une décentralisation qui va permettre la création d’un mouvement artisanal fort et uni au Burundi et qui pourrait même influencer des politiques en faveur des artisans et artistes, tel que décrit dans la Vision 2025 du Burundi et plus précisément dans le document de CSLP II.
  1. DU POINT DE VUE ADHESION DES MEMBRES

Avant le premier accord de financement (2015) avec le Ministère ayant la formation professionnelle et l’enseignement des métiers dans ses attributions et la CTB à travers son projet AFPT(Education), la CHASAA ne comptait que plus ou moins 80 membres et la grande partie des membres ne fussent qu’à Bujumbura mais actuellement, grâce aux différentes activités de mobilisation déjà mises en œuvre, la CHASAA compte  2029 membres (dans les 12 antennes).

Les adhésions et d’autres activités comme la mobilisation des cotisations se font à travers les antennes.

 

  1. DU POINT DE VUE COTISATION

Le premier accord de financement a permis à la CHASAA de payer régulièrement et à temps le loyer de ses bureaux, d’acquérir les équipements et autres utilitaires à son bon fonctionnement et le payement de son personnel salarié. Chaque antenne dispose d’un compte bancaire. La gestion des fonds suit les normes telles que décrit dans le manuel des procédures.

  1. DU POINT DE VUE COMMERCIALISATION DES PRODUITS

En partenariat avec d’autres PTFs, la CHASAA a piloté l’élaboration des documents de cadrage de la coopérative de ses artisans et artistes notamment les statuts, le processus de production et de commercialisation, la stratégie marketing ainsi que le manuel des procédures. Cette Coopérative a déjà été agréée et porte le nom de « Coopérative Lumière des Artisans et Artistes du Burundi » et les travaux de préparation de l’implantation commerciale de la coopérative, sis à Kigobe en face de Mutoyi, sont finis.

La participation dans différentes foires organisées tant au niveau national qu’international a permis aux produits des artisans d’être bien connus et d’ouvrir les portes de l’horizon.

  1. DU POINT DE VUE INSERTION DES LAUREATS DES CENTRES

Plus de cinq cent stagiaires, lauréats des Centres d’Enseignement de Métiers et des Centres de Formation Professionnelle, ont déjà été accompagnés par les artisans des antennes à travers les stages de renforcement des compétences et capacités. D’autres stages sont en cours. Ceci est le fruit d’une bonne mobilisation au regroupement et à la structuration des artisans qui a été effectué grâce au premier accord de financement. L’approche a été bien assimilée et son application devient facile vue l’implication des artisans au processus d’insertion.

En outre, les projets d’AGRs initiés par le consortium Artisans-Lauréats ont été financés en équipements leasing et permettent ainsi aux lauréats de se familiariser avec le marché.

  • CONCLUSION

La CHASAA, Chambre Sectorielle d’Art et Artisanat, est en train de traduire l’artisanat en vecteur de promotion socio-économique du pays à travers la création d’emploi grâce aux activités visant le renforcement des unités de production (ateliers) de ses membres, la création d’autres activités génératrices de revenus regroupant les artisans et les lauréats des Centres d’Enseignement de Métiers et des Centres de Formation Professionnelle ainsi que le renforcement des Unités d’Appui Pédagogique des Centres pour leur autonomie financière.

Elle facilite également la promotion des activités de ses membres en leurs faisant participer dans différentes foires organisées tant au niveau local, national, régional qu’international et ainsi leur permettre une intégration économique.

A propos de la CFCIB

 

La CFCIB a pour objet d'initier, de proposer et de soutenir toutes les actions visant à améliorer l'environnement des affaires en vue du développement du secteur privé.

Notre Adresse

01, Avenue Mpotsa

RoheroI ,Bujumbura-Burundi

+(257)22222280

 info@cfcib.bi

 

Nombre de visiteur

31216
TodayToday2
YesterdayYesterday0
This WeekThis Week2
This MonthThis Month2
All daysAll days31216
©2018 CFCIB. All Rights Reserved. Designed By    Afriregister

Search